Sommaire

Une fissure vaginale est une petite fente, c'est-à-dire une ulcération superficielle et souvent bien douloureuse qui nécessite une consultation gynécologique pour être soignée de manière adaptée selon la cause.

Car en effet, il existe différentes étiologies par carence en œstrogènes ou par infections que nous allons détailler maintenant.

Fissure vaginale : causes possibles

Une fissure est assez fréquente bien que l'on en parle peu. Elle est principalement médiane en dessous de la vulve et est souvent causée par une muqueuse fragile.

Le vagin est présenté comme « un écosystème où l'on trouve différents microorganismes qui cohabitent dans une parfaite harmonie ». Mais sa muqueuse peut être abimée, et vous ressentez alors selon les circonstances une sécheresse vaginale, une atrophie, voire certaines lésions.

Voici les principales étiologies qu'il est possible de rencontrer habituellement :

  • La carence en œstrogènes (hormones des follicules ovariens) cause assez souvent des fissures, et surtout au moment de la ménopause lorsque les hormones féminines diminuent. La muqueuse vaginale devient plus sèche. Elle perd donc de sa souplesse, et se fragilise.
  • Une mycose vaginale ou le lichen scléro-atropique peuvent déchirer la peau ou la muqueuse, en provoquant un prurit (c'est-à-dire une démangeaison) important, avec un blanchissement de la peau, et des crevasses (ou fissures) au point de rencontre des petites lèvres et des grandes lèvres.
  • Plus rarement le psoriasis : c'est une maladie de la peau qui se caractérise par la venue à certains endroits du corps, et même parfois sur tout le corps, d'éléments formés de squames brillantes nacrées et sèches qui s'enlèvent en grattant et laissent à la place un endroit rouge, luisant, qui saigne aisément.
  • Une autre infection.

Un rapport hâtif sans prendre le temps de préliminaires peut provoquer lui aussi une fissure chez une femme ayant une sécheresse vaginale ou craignant une union, surtout à la ménopause, car dans cette période de la vie, la lubrification vient moins vite, et en plus petite quantité.

Là, l'emploi d'un lubrifiant va ajouter une douceur bien venue. Et il est important que le conjoint soit informé de ce qu'est une fissure vaginale et de la douleur vive qui peut accompagner.

Différents traitements médicaux liés à la fissure vaginale

Le traitement, bien sur, dépend de la cause de la fissure. Il est adapté suivant l'affection :

  • Un manque d'œstrogènes nécessite un traitement local avec une crème, un gel, une pommade, ou des ovules. C'est un traitement long et contraignant qui demande de la patience et une certaine motivation : classiquement, le gynécologue prescrit un gel, une pommade, ou une crème cicatrisante. Il peut aussi prescrire un traitement hormonal de substitution par TSH quand sa patiente est ménopausée.
  • Une mycose sera soignée par un médicament antifongique ainsi que le conjoint.
  • Le lichen sera traité par des corticoïdes en application sur la vulve, associés le plus souvent d'une crème pour cicatriser, puis d'une pommade pour hydrater et assouplir les muqueuses.

Parfois ces soins ne suffisent pas, et le médecin chirurgien procède éventuellement à une petite intervention chirurgicale. Sous anesthésie locale, il réalise une « plastie » pour «  réparer  » la muqueuse sur un cm².